L'Encre des maux Index du Forum

L'Encre des maux
Atelier d'écriture et de poésie avec affichage sur le blog http://magiedesmots.over-blog.com/

 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Pisteur, oiseau de l'est...

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    L'Encre des maux Index du Forum -> Vos écrits personnels -> Poésie
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Pascal9



Inscrit le: 22 Sep 2006
Messages: 4
Localisation: Flandre

MessagePosté le: 22/09/2006 19:36:16    Sujet du message: Pisteur, oiseau de l'est... Répondre en citant

Pisteur… Oiseau de l’Est…




La main de l’étranger.
La main de l’étranger tendue vers le lointain
L’étranger éreinté qui songe à son logis
Chaud, doux et précieux comme un baiser de femme.

Coureur Kenyan tendu, silhouette imprimée sur l’horizon brûlé
Tu laisses porter vers l’Occident les longs chants du vieux monde
Qui coulent, inexorables, au rythme des saisons.

Pisteur… Oiseau de l’est…
Tu ne verras jamais la pluie.
L’ancien, ici… Là-bas… A déposé ses traces.
Mais le désert, le désert, le désert…
Le désert est la porte du vieux monde.

Coureur Kenyan…
Pisteur… Oiseau de l’est…
Antilope… Cliquetis des pierres…

Je ne veux plus de cette vie en braille
Je ne crois plus aux multitudes
Frères… Il faut que je m’élance, un saut dans le vieux monde.
Vos sourires à vous ont trop de fards.
Clichés, routines, politiciens corrects aux discours vermoulus…
Nostalgiques à vingt ans d’une vie fabriquée.
Bitumes, boulevards… Occident, je t’oublie…
Sous mes pieds sans chaussures vibre la piste d’or…
J’ai croisé en courant un passant de fumée
Qui déjà s’estompait dans le gras de la foule
J’ai survolé des rues de suie plus éteintes et meurtries que des champs de bataille
C’était l’Occident…
Chez les hommes nouveaux…
Une seule pensée et plus d’envies…
Avoir envie, ne plus penser…
J’ai enjambé des écoliers de pluie plus effrayés et sourds que des vieillards séniles
C’était l’Occident…
Chez les enfants rois…
Un seul credo, mélancolie…
Rancoeurs, suicides, vengeances en vidéo…

Je ne veux plus de vie en braille
Je ne crois plus aux multitudes.
Frères, il faut que je m’élance, un saut sur le vieux monde…

Un soir d’étoiles blanches, épuré de mes lourdeurs
Aux sables du désert.
Nouveau né du vieux monde
Je retournerai à l’essentiel vers le lointain
Moi… l’étranger…
Ma main tendue, posée sur l’épaule du pisteur
Coureur kenyan… oiseau de l’est…
Je ne verrai jamais la pluie
J’ai entendu l’ancien et j’ai suivi ses traces
Ecouter simplement les longs chants du vieux monde.
Je suis au désert
Au désert, au désert, au désert…
Chaud, doux et précieux comme un baiser de femme…
_________________
"La seule arme que je tolère, c'est le tire-bouchon"
Jean Carmet
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: 22/09/2006 19:36:16    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    L'Encre des maux Index du Forum -> Vos écrits personnels -> Poésie Toutes les heures sont au format GMT
Page 1 sur 1

 
Réponse rapide:
Pseudo: 


    Smilies

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | Créer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com