L'Encre des maux Index du Forum

L'Encre des maux
Atelier d'écriture et de poésie avec affichage sur le blog http://magiedesmots.over-blog.com/

 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Le refus

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    L'Encre des maux Index du Forum -> Vos écrits personnels -> Poésie
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Celsius



Inscrit le: 04 Mai 2013
Messages: 5

MessagePosté le: 04/05/2013 23:44:55    Sujet du message: Le refus Répondre en citant

Le refus

Ici même les plâtres ont le souffle coupé, il y a si longtemps que tout sommeil en eux.
Ici tout est faiblesse, qu’au temps s’en sont allés, la parole et le chant.

Ici de jour en jour, à longueur de silence, les jours se confondent, si bien que chaque jour, se fabrique des mondes ; Ça ressemble à la nuit.

Ici même le temps, a perdu la mémoire, pour que chaque seconde, s’étende comme l’heure

Et puisque rien ne sert, rien ne sert de croire, ici tout vient à point, avec ou sans horloge.

Ici, il n’y a rien, il y a juste moi, même plus un chagrin, mais de quoi vous l’écrire.

Juste moi et rien d'autre, sur les os qui me portent, j’ai les os d’un oiseau.

Un oiseau qui avance, pour aller nulle part, dans le tempo de l’eau, qui coule goutte-à-goutte.
Des larmes et puis des larmes, rien que des larmes d’eau, qui me brisent le silence, qui occupe ma tête.

Le silence et le reste.
Où y a même plus de son
Où y a même plus de voix, même plus de musique.
Où y a même plus le chat. J’ai fermé les volets !

Ici tout est langueur, ici tout est pâleur, ici tout est froidure.
Ici tout va longtemps, à longueur de détresse, à longueur de paresse, à la force d'y croire
Comme plus rien ne vient, comme plus rien ne va.
Comme rien n’a été.
Comme rien ne sera.

Puisqu’on ne me connaît plus !
Puisqu'on ne m.a jamais su
Puisque je ne sais plus !
Je ne me connais pas !
Je n’ai plus de mémoire !
J’ai tué mon passé. « Montent les idées noires, naisse l’éternité »

Lorsqu’il n’y à plus personne.
Lorsque tout est lassant
Lorsque tout est lavé
Que du sol au plafond, tout semble délavé.
Quand y’a même plus de mains
De gestes superflus
Même pas de désirs
Même pas de regrets
Que pourtant je demeure.
Ici. Seul. Et ailleurs.
« Ailleurs ! » c’est demain ?
Seul, entre quatre murs ; un miroir éclaté.
Ici, seul sans âge.
Et pour conversation.
Seulement le refus
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: 04/05/2013 23:44:55    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    L'Encre des maux Index du Forum -> Vos écrits personnels -> Poésie Toutes les heures sont au format GMT
Page 1 sur 1

 
Réponse rapide:
Pseudo: 


    Smilies

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | Créer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com