L'Encre des maux Index du Forum

L'Encre des maux
Atelier d'écriture et de poésie avec affichage sur le blog http://magiedesmots.over-blog.com/

 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Un passant

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    L'Encre des maux Index du Forum -> L'Encre des mots -> Présentation
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Celsius



Inscrit le: 04 Mai 2013
Messages: 5

MessagePosté le: 04/05/2013 11:50:52    Sujet du message: Un passant Répondre en citant

Bonjour à tous

Je n'ai rien d'un artiste, je ne suis pas artiste,... Je suis un amateur, à peine un écrivANT, un inculte en puissance, un dyslexique complexé, même pas un synonyme au mot Passable, je suis un faux poète, et encore plus un mauvais peintre... Bref, je fais partie des cons, ayant la seule particularité d’en être tout a fait conscient…Je suis né dyslexique. C’est grâce à ça que dès ma plus tendre enfance, un problème se pose ; Tout texte écrit, soit à la craie sur le grand tableau noir de l'école primaire, soit dans un livre est incompréhensible. Personne ne s’en aperçoit, ni le maître, ni les copains de classe, pas même beaucoup plus tard, les supers professeurs du C.I.N. de Brest, (célèbre Ecole Navale et dont les murs seulement, sont le prestige). Faut dire ; Á cette époque, cet handicap était très mal connu, mal soigné. D’ailleurs le monde en général s’en fout, il semblait l’ignorer. Pour jacques, (c’est moi) qui ne dit mots, (je mets un « S » à «mot», parc’que s’il y’en avait eu, il y’en aurait eu plusieurs) il pense être le seul, l’unique, l’idiot, le seul meilleur copain d’un radiateur et que l’on n’entend pas tout au fond de sa peine et de son désespoir, un incapable qu’ils disaient « Mais putain ! Mais t’es con ! ». Un incapable d’obtenir le moindre diplôme, même pas son fichu C.E.P. (certificat d’étude primaire). Aucune citation de Friedrich Nietzsche, et pourtant il en a, fait allusion à la mienne d’aujourd’hui « Nul ne peut prétendre savoir, ce que son futur réserve à son passé » Jacques Gourvennec (pseudo Celsius) est donc en 1971 quand même devenu mousse et dés l’année suivante démissionnaire; Décision prise entre les vapeurs d’alcool d’un Adjudant et puis Seconds Maître de l’école des Fourriers d’Rochefort. On est donc en décembre de l’année 1972, et DONC l’ancien mousse, le con, le sans moindre galon, à la fois dyslexique et daltonien, est aussi incapable de devenir commis aux vivres. Le 057122237 du C.I.N.de Brest, l’idiot au pompon rouge, est moins d’un an plus tard devenue plombier ; plombier-zingueur exactement. Puis à la force du temps, il devient enfin, un peu plus que ce « pas grand-chose », il devient chauffagiste. Jusque-là rien de vraiment exceptionnel, il n’est qu’ouvrier qualifié ; mais pour lui son métier c’est de l’art, c’est un perfectionniste, il fait partie des rares, de ceux qui sont capables de façonner un coude sur du tube en acier, et rien qu’avec la flamme de son chalumeau, à la bonne cote s’il vous plait, au millimètre près, donc sans cintreuse, sans autre outils, que son cerveau , le feu du chalumeau, son double mètre, son crayon et ses mains . Dans ses moments de solitude, il peint des tableaux sans valeur, il peint la mer, il peint le sable, il ne peint rien, il peint ses autres « pas grand-chose », il peint la solitude, il peint tous les silences d’une incapacité aveugle, il peint la dépression, ses camisoles d’inutiles. Il a tout essayé, Proust, Céline, même Descartes, et puis un jour il est Ferré, un autre jour il est Brassens ou Barbara, et puis un autre jour, quand il a un peu bu, il se prend pour Rimbaud ou Baudelaire, il vient même planter ses larmes, jusque dans douleur de Sabine Sicaud http://poete.sale.type.perso.neuf.fr/parolier/Sabine.htm . Et puis à forcer le destin, il fallait bien qu’un jour on les redistribue, ces foutues cartes de la vie. Jacques aujourd’hui, est professeur en génie climatique dans un lycée professionnel de la région nord de Paris. Ben oui ! Le con, l’idiot, l’un des deux mousses d’la 37è escouade de cette année scolaire 71/72, dont l’autre avait l’coefficient d’intelligence (non pas intellectuelle) le plus élevé de l’ensemble des 3 compagnies ( coef : 36 pour lui 23 et pour ma pomme). Bref, l’un de deux couillosifs pour tous les les profs de cette époque et des copains; Deux des élèves du prestigieux lycée d’la Marine Nationale Française, sont les seuls sans galon, sans ce putain d’BE. Aujourd’hui l’un des deux cons est professeur.

jacques gourvennec

La vache; c'est long et chiant
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: 04/05/2013 11:50:52    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    L'Encre des maux Index du Forum -> L'Encre des mots -> Présentation Toutes les heures sont au format GMT
Page 1 sur 1

 
Réponse rapide:
Pseudo: 


    Smilies

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | Créer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com